gn.drome-portdeplaisance.com
Nouvelles recettes

La prison forcée de servir les détenus McDonald's après la rupture d'un contrat alimentaire

La prison forcée de servir les détenus McDonald's après la rupture d'un contrat alimentaire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Les détenus d'une prison allemande reçoivent un traitement de restauration rapide après le non-renouvellement d'un contrat d'approvisionnement alimentaire

Manger le Big Mac derrière les barreaux.

Après qu'une prison allemande ait perdu son contrat alimentaire, les détenus se nourrissent désormais de repas provenant d'une source inhabituelle : McDonalds. La police a commandé des hamburgers à la chaîne internationale de restauration rapide pour les détenus de la petite ville de Bergisch Gladbach, selon la publication allemande Express.

Au lieu de s'étaler sur du riz, les prisonniers sont servis des délices insolites de restauration rapide : un McToast avec du fromage, du jambon et du bacon pour le petit-déjeuner ; et un hamburger, un cheeseburger ou un hamburger végétarien pour le déjeuner. Malheureusement, en raison de problèmes budgétaires, les doubles cheeseburgers ou les gros Big Mac sont hors de question. (Hé, si vous faites le crime, vous devez faire le temps, avec très peu de choix de repas.)

L'établissement abrite des détenus à court terme ainsi que des détenus en attente de condamnation. Après qu'une entreprise de restauration a annulé son contrat initial avec la prison, les administrateurs ont institué la solution inhabituelle. Les détenus passent leurs commandes et les agents les récupèrent au McDonald's local en bas du pâté de maisons.

Il s'agit d'un arrangement temporaire, ont déclaré des responsables de la police à Express, car McDonald's ne respecte pas les réglementations de l'État.


Voir la vidéo: Maltraitance sur des mineurs en prison: le gouvernement refuse délargir lenquête à toute