gn.drome-portdeplaisance.com
Nouvelles recettes

Sondage : Les consommateurs paieront plus pour des produits locaux et durables

Sondage : Les consommateurs paieront plus pour des produits locaux et durables


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Les convives peuvent ne pas sélectionner un restaurant en fonction de son offre de plats locaux ou durables, mais ils pourraient être prêts à payer plus pour de tels plats, a révélé une enquête de Mintel International cette semaine.

Lorsqu'il s'agit de décider où dîner, la plupart des consommateurs, soit 74 % des personnes interrogées par Mintel, basé à Chicago, fondent leur décision sur le menu du restaurant, tandis que 69 % ont dit « prix » et 67 % ont dit « commodité » étaient facteurs moteurs.

Seuls 7 pour cent ont déclaré que l'offre d'ingrédients locaux/biologiques et durables a motivé leur choix de restaurant, selon l'enquête, qui comprenait environ 1 906 répondants âgés de 18 ans et plus.

« Les attributs écologiques et durables sont pâles par rapport aux principaux facteurs de décision des restaurants en matière de sélection de menus, de prix et d’emplacement pratique », a déclaré Eric Giandelone, directeur des services alimentaires de Mintel. "Cependant, ces initiatives soutiennent les principaux attributs pour aider un restaurant à se démarquer et deviendront plus importantes à mesure que le mouvement vert continue de progresser."

Les femmes étaient plus susceptibles que les hommes de prêter attention aux pratiques écologiques et durables d'un restaurant, en particulier au menu, selon le rapport.

Cependant, les consommateurs définissent différemment les pratiques « vertes et durables ».

Alors que les réponses variaient quelque peu selon l'âge, le revenu et le sexe, la plupart des personnes interrogées, environ 60 pour cent, ont déclaré qu'avoir un programme de recyclage était une pratique « verte et durable ».

Un peu plus de 50 % ont déclaré que l'utilisation d'emballages réutilisables/compostables correspondait à la définition, et 40 % ont déclaré utiliser des ingrédients biologiques, suivis d'initiatives d'économie d'énergie/certification LEED, 37 % ; utilisation d'ingrédients locaux, 37 pour cent; et ayant une faible empreinte carbone, 35 pour cent.

Plus bas dans le classement des pratiques « vertes et durables », selon l'enquête, ils offraient des salaires décents, des préoccupations de commerce équitable et l'offre d'une assurance maladie fournie par l'entreprise – seulement 6 % des personnes interrogées considèrent cette dernière comme une question « verte et durable ». .

Mintel a constaté qu'un peu plus de la moitié des personnes interrogées, soit 57%, ont déclaré qu'elles étaient prêtes à payer plus pour des aliments locaux et durables. Pourtant, la plupart ont déclaré qu'ils n'étaient pas prêts à payer beaucoup plus.

Parmi ceux-ci, 34% ont déclaré qu'ils ne paieraient que 1% à 5% de plus, ce qui, selon le rapport, "couvrira probablement à peine les coûts supplémentaires associés à ces produits".

Contactez Lisa Jennings à [email protected]
Suivez-la sur Twitter : @livetodineout


La demande d'aliments « locales » est en croissance — voici pourquoi les investisseurs devraient prêter attention

Ils veulent savoir d'où vient leur nourriture, comment elle a été préparée et par qui. Ils veulent la transparence nécessaire pour connaître sa source.

Ils sont même prêts à payer un peu plus pour avoir la certitude que leurs achats alimentaires contribuent à créer des emplois et à promouvoir les économies locales, protègent l'environnement, protègent les eaux souterraines, préservent les terres agricoles américaines et soutiennent un traitement approprié des animaux.

En conséquence, il y a une énorme opportunité d'investissement et d'affaires sous le nez de tout le monde.

Les investisseurs qui déploient des capitaux patients dans des entreprises alimentaires et agricoles prospères sont en mesure non seulement de générer des rendements financiers, mais aussi de créer de la valeur pour d'autres parties prenantes, en ayant des impacts sociaux positifs en soutenant des communautés saines, des économies locales fortes et une résilience environnementale.

Mais personne ne parle de cette opportunité, alors nous devons le faire.

Certains investisseurs ont déjà reconnu le potentiel. Les fonds d'investissement dans le secteur alimentaire ont proliféré, tout comme les incubateurs et accélérateurs, comme Food-X, soutenu par la société de capital-risque SOSV, et les projets de financement participatif.

Certes, les fermes et les transformateurs alimentaires ne sont peut-être pas les endroits les plus branchés pour investir de l'argent.

Le fait est que produire de la nourriture reste un travail difficile. La marge d'erreur est mince. De nombreuses entreprises agricoles traditionnelles et exploitations familiales ont été touchées, d'autres ont déjà disparu.

En 2017, le revenu agricole net dans l'ensemble du secteur devrait baisser pour la quatrième année consécutive, selon l'USDA. Pourtant, en même temps, il y a eu une vague de demande pour des aliments sains et cultivés localement. Et cette vague se construit.

Les ventes de produits alimentaires locaux aux États-Unis sont passées de 5 milliards de dollars à 12 milliards de dollars entre 2008 et 2014, selon la société de recherche sur l'industrie alimentaire Packaged Facts. La même étude prévoyait que les ventes d'aliments locaux grimperaient à 20 milliards de dollars en 2019, dépassant la croissance des ventes totales d'aliments et de boissons du pays.

Les entrepreneurs et les innovateurs se précipitent pour répondre à cette demande.

Ce n'est pas aussi simple qu'il devrait l'être. Dans de nombreuses régions du pays, l'infrastructure qui relie les agriculteurs familiaux à la demande croissante de produits locaux – les agrégateurs, les transformateurs, les distributeurs et les commerçants – n'existe plus pour desservir les marchés régionaux.

L'accès à des aliments sains a diminué dans les communautés rurales et urbaines. Les entrepreneurs alimentaires d'aujourd'hui ont la passion et l'engagement de combler ces lacunes. Ce dont ils ont besoin, c'est d'un financement et d'une assistance stratégique pour les aider à accélérer leur croissance, à développer leurs activités et à réussir à long terme.

Prenez nous deux, une étude de cas en préparation. Oran Hesterman a lancé Fair Food Network en 2009, pour accroître l'accès à des aliments sains pour les familles qui en ont le plus besoin, tout en créant des opportunités pour les agriculteurs américains et en stimulant les économies locales. Le Fair Food Fund de l'organisation, qui fournit du financement et du mentorat aux entrepreneurs du secteur alimentaire, a engagé plus de 2 millions de dollars dans des entreprises du Nord-Est depuis 2013.

L'année dernière, elle a investi dans Five Acre Farms, une entreprise fondée par Dan Horan en 2010 qui propose de délicieux produits locaux à base de lait, d'œufs et de pommes à plus de 150 épiceries et 75 restaurants et cafés à New York, New Jersey et Connecticut. .

L'approche : trouver des agriculteurs durables exceptionnels - dans un rayon de 275 milles - les payer équitablement et rendre leurs produits accessibles aux Américains moyens.

Au cours des dernières années, Five Acre Farms a fait passer son réseau de fermes partenaires de deux à 25. Five Acre Farms est désormais le lait officiel du café céréalier new-yorkais de Kellogg à Times Square, et ses produits sont présentés sur plus de 50 lignes aériennes Delta. vols.

Chaque produit est entièrement traçable jusqu'à la terre et aux personnes qui l'ont produit. Depuis 2014, Five Acre Farms a versé une prime totale de plus de 700 000 $ au-dessus du prix du marché aux agriculteurs qui produisent son lait, ses œufs et ses pommes. Et dans le processus, son entreprise a contribué à renforcer les économies locales tout en préservant les terres agricoles, en protégeant l'environnement et en veillant à ce que les animaux soient traités sans cruauté.

Investir dans l'alimentation a de multiples leviers : des pratiques agricoles durables et des revenus accrus des agriculteurs ont accru l'accès à une alimentation saine, le développement économique et la création d'emplois tout au long de la chaîne de valeur et la revitalisation des communautés rurales et urbaines auparavant en difficulté.

Fair Food Network a également vu ces avantages en tant que partenaire du Michigan Good Food Fund, un partenariat public-privé de 30 millions de dollars qui fournit un financement et une assistance commerciale aux entrepreneurs de la bonne alimentation qui profitent aux communautés mal desservies du Michigan.

Le fonds a récemment investi dans Ken's Fruit Markets, une chaîne d'épicerie familiale à Grand Rapids axée sur des aliments sains et abordables, y compris de nombreux produits cultivés et fabriqués dans le Michigan. C'est une aubaine non seulement pour les consommateurs de la région, mais aussi pour les producteurs locaux et les communautés rurales environnantes. La bonne nourriture a le pouvoir de tout changer.

Faire des investissements judicieux dans ce domaine peut non seulement générer des gains personnels, mais également générer des revenus fiables pour les agriculteurs familiaux, tout en bâtissant des économies locales plus fortes, des communautés plus stables et un environnement plus sain.

Warren Buffett a mis en garde : « N'investissez jamais dans une entreprise que vous ne pouvez pas comprendre. »

Tout le monde comprend la nourriture. Et maintenant, les investisseurs comprennent de plus en plus le pouvoir de l'entrepreneuriat alimentaire local pour générer des rendements significatifs.

Oran B. Hesterman, PhD, est président et PDG de Fair Food Network à Ann Arbor, Michigan. Daniel Horan est fondateur et PDG de Five Acre Farms à Brooklyn, New York.

Cette colonne ne reflète pas nécessairement l'opinion de Business Insider.


La demande d'aliments « locales » est en croissance — voici pourquoi les investisseurs devraient prêter attention

Ils veulent savoir d'où vient leur nourriture, comment elle a été préparée et par qui. Ils veulent la transparence nécessaire pour connaître sa source.

Ils sont même prêts à payer un peu plus pour avoir la certitude que leurs achats alimentaires contribuent à créer des emplois et à promouvoir les économies locales, protègent l'environnement, protègent les eaux souterraines, préservent les terres agricoles américaines et soutiennent un traitement approprié des animaux.

En conséquence, il y a une énorme opportunité d'investissement et d'affaires sous le nez de tout le monde.

Les investisseurs qui déploient des capitaux patients dans des entreprises alimentaires et agricoles prospères sont en mesure non seulement de générer des rendements financiers, mais aussi de créer de la valeur pour d'autres parties prenantes, en ayant des impacts sociaux positifs en soutenant des communautés saines, des économies locales fortes et une résilience environnementale.

Mais personne ne parle de cette opportunité, alors nous devons le faire.

Certains investisseurs ont déjà reconnu le potentiel. Les fonds d'investissement dans le secteur alimentaire ont proliféré, tout comme les incubateurs et accélérateurs, comme Food-X, soutenu par la société de capital-risque SOSV, et les projets de financement participatif.

Certes, les fermes et les transformateurs alimentaires ne sont peut-être pas les endroits les plus branchés pour investir de l'argent.

Le fait est que produire de la nourriture reste un travail difficile. La marge d'erreur est mince. De nombreuses entreprises agricoles traditionnelles et exploitations familiales ont été touchées, d'autres ont déjà disparu.

En 2017, le revenu agricole net dans l'ensemble du secteur devrait baisser pour la quatrième année consécutive, selon l'USDA. Pourtant, en même temps, il y a eu une vague de demande pour des aliments sains et cultivés localement. Et cette vague se construit.

Les ventes de produits alimentaires locaux aux États-Unis sont passées de 5 milliards de dollars à 12 milliards de dollars entre 2008 et 2014, selon la société de recherche sur l'industrie alimentaire Packaged Facts. La même étude prévoyait que les ventes d'aliments locaux grimperaient à 20 milliards de dollars en 2019, dépassant la croissance des ventes totales d'aliments et de boissons du pays.

Les entrepreneurs et les innovateurs se précipitent pour répondre à cette demande.

Ce n'est pas aussi simple qu'il devrait l'être. Dans de nombreuses régions du pays, l'infrastructure qui relie les agriculteurs familiaux à la demande croissante de produits locaux – les agrégateurs, les transformateurs, les distributeurs et les commerçants – n'existe plus pour desservir les marchés régionaux.

L'accès à des aliments sains a diminué dans les communautés rurales et urbaines. Les entrepreneurs alimentaires d'aujourd'hui ont la passion et l'engagement de combler ces lacunes. Ce dont ils ont besoin, c'est d'un financement et d'une assistance stratégique pour les aider à accélérer leur croissance, à développer leurs activités et à réussir à long terme.

Prenez nous deux, une étude de cas en préparation. Oran Hesterman a lancé Fair Food Network en 2009, pour accroître l'accès à des aliments sains pour les familles qui en ont le plus besoin, tout en créant des opportunités pour les agriculteurs américains et en stimulant les économies locales. Le Fair Food Fund de l'organisation, qui fournit du financement et du mentorat aux entrepreneurs du secteur alimentaire, a engagé plus de 2 millions de dollars dans des entreprises du Nord-Est depuis 2013.

L'année dernière, elle a investi dans Five Acre Farms, une entreprise fondée par Dan Horan en 2010 qui propose de délicieux produits locaux à base de lait, d'œufs et de pommes à plus de 150 épiceries et 75 restaurants et cafés à New York, New Jersey et Connecticut. .

L'approche : trouver des agriculteurs durables exceptionnels - dans un rayon de 275 milles - les payer équitablement et rendre leurs produits accessibles aux Américains moyens.

Au cours des dernières années, Five Acre Farms a fait passer son réseau de fermes partenaires de deux à 25. Five Acre Farms est désormais le lait officiel du café céréalier new-yorkais de Kellogg à Times Square, et ses produits sont présentés sur plus de 50 lignes aériennes Delta. vols.

Chaque produit est entièrement traçable jusqu'à la terre et aux personnes qui l'ont produit. Depuis 2014, Five Acre Farms a versé une prime totale de plus de 700 000 $ au-dessus du prix du marché aux agriculteurs qui produisent son lait, ses œufs et ses pommes. Et dans le processus, son entreprise a contribué à renforcer les économies locales tout en préservant les terres agricoles, en protégeant l'environnement et en veillant à ce que les animaux soient traités sans cruauté.

L'investissement dans l'alimentation a de multiples leviers : des pratiques agricoles durables et des revenus accrus des agriculteurs ont accru l'accès à une alimentation saine, le développement économique et la création d'emplois tout au long de la chaîne de valeur et la revitalisation des communautés rurales et urbaines auparavant en difficulté.

Fair Food Network a également vu ces avantages en tant que partenaire du Michigan Good Food Fund, un partenariat public-privé de 30 millions de dollars qui fournit un financement et une assistance commerciale aux entrepreneurs de la bonne alimentation qui profitent aux communautés mal desservies du Michigan.

Le fonds a récemment investi dans Ken's Fruit Markets, une chaîne d'épicerie familiale à Grand Rapids axée sur des aliments sains et abordables, y compris de nombreux produits cultivés et fabriqués dans le Michigan. C'est une aubaine non seulement pour les consommateurs de la région, mais aussi pour les producteurs locaux et les communautés rurales environnantes. La bonne nourriture a le pouvoir de tout changer.

Faire des investissements judicieux dans ce domaine peut non seulement générer des gains personnels, mais également générer des revenus fiables pour les agriculteurs familiaux, tout en bâtissant des économies locales plus fortes, des communautés plus stables et un environnement plus sain.

Warren Buffett a mis en garde : « N'investissez jamais dans une entreprise que vous ne pouvez pas comprendre. »

Tout le monde comprend la nourriture. Et maintenant, les investisseurs comprennent de plus en plus le pouvoir de l'entrepreneuriat alimentaire local pour générer des rendements significatifs.

Oran B. Hesterman, PhD, est président et PDG de Fair Food Network à Ann Arbor, Michigan. Daniel Horan est fondateur et PDG de Five Acre Farms à Brooklyn, New York.

Cette colonne ne reflète pas nécessairement l'opinion de Business Insider.


La demande d'aliments « locales » est en croissance — voici pourquoi les investisseurs devraient prêter attention

Ils veulent savoir d'où vient leur nourriture, comment elle a été préparée et par qui. Ils veulent la transparence nécessaire pour connaître sa source.

Ils sont même prêts à payer un peu plus pour avoir la certitude que leurs achats alimentaires contribuent à créer des emplois et à promouvoir les économies locales, protègent l'environnement, protègent les eaux souterraines, préservent les terres agricoles américaines et soutiennent un traitement approprié des animaux.

En conséquence, il y a une énorme opportunité d'investissement et d'affaires sous le nez de tout le monde.

Les investisseurs qui déploient des capitaux patients dans des entreprises alimentaires et agricoles prospères sont en mesure non seulement de générer des rendements financiers, mais aussi de créer de la valeur pour d'autres parties prenantes, en ayant des impacts sociaux positifs en soutenant des communautés saines, des économies locales fortes et une résilience environnementale.

Mais personne ne parle de cette opportunité, alors nous devons le faire.

Certains investisseurs ont déjà reconnu le potentiel. Les fonds d'investissement dans le secteur alimentaire ont proliféré, tout comme les incubateurs et accélérateurs, comme Food-X, soutenu par la société de capital-risque SOSV, et les projets de financement participatif.

Certes, les fermes et les transformateurs alimentaires ne sont peut-être pas les endroits les plus branchés pour investir de l'argent.

Le fait est que produire de la nourriture reste un travail difficile. La marge d'erreur est mince. De nombreuses entreprises agricoles traditionnelles et exploitations familiales ont été touchées, d'autres ont déjà disparu.

En 2017, le revenu agricole net dans l'ensemble du secteur devrait baisser pour la quatrième année consécutive, selon l'USDA. Pourtant, en même temps, il y a eu une vague de demande pour des aliments sains et cultivés localement. Et cette vague se construit.

Les ventes de produits alimentaires locaux aux États-Unis sont passées de 5 milliards de dollars à 12 milliards de dollars entre 2008 et 2014, selon la société de recherche sur l'industrie alimentaire Packaged Facts. La même étude prévoyait que les ventes d'aliments locaux grimperaient à 20 milliards de dollars en 2019, dépassant la croissance des ventes totales d'aliments et de boissons du pays.

Les entrepreneurs et les innovateurs se précipitent pour répondre à cette demande.

Ce n'est pas aussi simple qu'il devrait l'être. Dans de nombreuses régions du pays, l'infrastructure qui relie les agriculteurs familiaux à la demande croissante de produits locaux – les agrégateurs, les transformateurs, les distributeurs et les commerçants – n'existe plus pour desservir les marchés régionaux.

L'accès à des aliments sains a diminué dans les communautés rurales et urbaines. Les entrepreneurs alimentaires d'aujourd'hui ont la passion et l'engagement de combler ces lacunes. Ce dont ils ont besoin, c'est d'un financement et d'une assistance stratégique pour les aider à accélérer leur croissance, à développer leurs activités et à réussir à long terme.

Prenez nous deux, une étude de cas en préparation. Oran Hesterman a lancé Fair Food Network en 2009, pour accroître l'accès à des aliments sains pour les familles qui en ont le plus besoin, tout en créant des opportunités pour les agriculteurs américains et en stimulant les économies locales. Le Fair Food Fund de l'organisation, qui fournit du financement et du mentorat aux entrepreneurs du secteur alimentaire, a engagé plus de 2 millions de dollars dans des entreprises du Nord-Est depuis 2013.

L'année dernière, elle a investi dans Five Acre Farms, une entreprise fondée par Dan Horan en 2010 qui propose de délicieux produits locaux à base de lait, d'œufs et de pommes à plus de 150 épiceries et 75 restaurants et cafés à New York, New Jersey et Connecticut. .

L'approche : trouver des agriculteurs durables exceptionnels - dans un rayon de 275 milles - les payer équitablement et rendre leurs produits accessibles aux Américains moyens.

Au cours des dernières années, Five Acre Farms a fait passer son réseau de fermes partenaires de deux à 25. Five Acre Farms est désormais le lait officiel du café céréalier Kellogg's NYC à Times Square, et ses produits sont présentés sur plus de 50 compagnies aériennes Delta Air Lines. vols.

Chaque produit est entièrement traçable jusqu'à la terre et aux personnes qui l'ont produit. Depuis 2014, Five Acre Farms a versé une prime totale de plus de 700 000 $ au-dessus du prix du marché aux agriculteurs qui produisent son lait, ses œufs et ses pommes. Et dans le processus, son entreprise a contribué à renforcer les économies locales tout en préservant les terres agricoles, en protégeant l'environnement et en veillant à ce que les animaux soient traités sans cruauté.

L'investissement dans l'alimentation a de multiples leviers : des pratiques agricoles durables et des revenus accrus des agriculteurs ont accru l'accès à une alimentation saine, le développement économique et la création d'emplois tout au long de la chaîne de valeur et la revitalisation des communautés rurales et urbaines auparavant en difficulté.

Fair Food Network a également vu ces avantages en tant que partenaire du Michigan Good Food Fund, un partenariat public-privé de 30 millions de dollars qui fournit un financement et une assistance commerciale aux entrepreneurs de la bonne alimentation qui profitent aux communautés mal desservies du Michigan.

Le fonds a récemment investi dans Ken's Fruit Markets, une chaîne d'épicerie familiale à Grand Rapids axée sur des aliments sains et abordables, y compris de nombreux produits cultivés et fabriqués dans le Michigan. C'est une aubaine non seulement pour les consommateurs de la région, mais aussi pour les producteurs locaux et les communautés rurales environnantes. La bonne nourriture a le pouvoir de tout changer.

Faire des investissements judicieux dans ce domaine peut non seulement générer des gains personnels, mais également générer des revenus fiables pour les agriculteurs familiaux, tout en bâtissant des économies locales plus fortes, des communautés plus stables et un environnement plus sain.

Warren Buffett a mis en garde : « N'investissez jamais dans une entreprise que vous ne pouvez pas comprendre. »

Tout le monde comprend la nourriture. Et maintenant, les investisseurs comprennent de plus en plus le pouvoir de l'entrepreneuriat alimentaire local pour générer des rendements significatifs.

Oran B. Hesterman, PhD, est président et PDG de Fair Food Network à Ann Arbor, Michigan. Daniel Horan est fondateur et PDG de Five Acre Farms à Brooklyn, New York.

Cette colonne ne reflète pas nécessairement l'opinion de Business Insider.


La demande d'aliments « locales » est en croissance — voici pourquoi les investisseurs devraient prêter attention

Ils veulent savoir d'où vient leur nourriture, comment elle a été préparée et par qui. Ils veulent la transparence nécessaire pour connaître sa source.

Ils sont même prêts à payer un peu plus pour avoir la certitude que leurs achats de nourriture contribuent à créer des emplois et à promouvoir les économies locales, à protéger l'environnement, à protéger les eaux souterraines, à préserver les terres agricoles américaines et à soutenir un traitement approprié des animaux.

En conséquence, il y a une énorme opportunité d'investissement et d'affaires sous le nez de tout le monde.

Les investisseurs qui déploient des capitaux patients dans des entreprises alimentaires et agricoles prospères sont en mesure non seulement de générer des rendements financiers, mais aussi de créer de la valeur pour les autres parties prenantes, en ayant des impacts sociaux positifs en soutenant des communautés saines, des économies locales fortes et une résilience environnementale.

Mais personne ne parle de cette opportunité, alors nous devons le faire.

Certains investisseurs ont déjà reconnu le potentiel. Les fonds d'investissement dans le secteur alimentaire ont proliféré, tout comme les incubateurs et accélérateurs, comme Food-X, soutenu par la société de capital-risque SOSV, et les projets de financement participatif.

Certes, les fermes et les transformateurs alimentaires ne sont peut-être pas les endroits les plus branchés pour investir de l'argent.

Le fait est que produire de la nourriture reste un travail difficile. La marge d'erreur est mince. De nombreuses entreprises agricoles traditionnelles et exploitations familiales ont été touchées, d'autres ont déjà disparu.

En 2017, le revenu agricole net dans l'ensemble du secteur devrait baisser pour la quatrième année consécutive, selon l'USDA. Pourtant, en même temps, il y a eu une vague de demande pour des aliments sains et cultivés localement. Et cette vague se construit.

Les ventes de produits alimentaires locaux aux États-Unis sont passées de 5 milliards de dollars à 12 milliards de dollars entre 2008 et 2014, selon la société de recherche sur l'industrie alimentaire Packaged Facts. La même étude prévoyait que les ventes d'aliments locaux grimperaient à 20 milliards de dollars en 2019, dépassant la croissance des ventes totales d'aliments et de boissons du pays.

Les entrepreneurs et les innovateurs se précipitent pour répondre à cette demande.

Ce n'est pas aussi simple qu'il devrait l'être. Dans de nombreuses régions du pays, l'infrastructure qui relie les agriculteurs familiaux à la demande croissante de produits locaux – les agrégateurs, les transformateurs, les distributeurs et les commerçants – n'existe plus pour desservir les marchés régionaux.

L'accès à des aliments sains a diminué dans les communautés rurales et urbaines. Les entrepreneurs alimentaires d'aujourd'hui ont la passion et l'engagement de combler ces lacunes. Ce dont ils ont besoin, c'est d'un financement et d'une assistance stratégique pour les aider à accélérer leur croissance, à développer leurs activités et à réussir à long terme.

Prenez nous deux, une étude de cas en préparation. Oran Hesterman a lancé Fair Food Network en 2009, pour accroître l'accès à des aliments sains pour les familles qui en ont le plus besoin, tout en créant des opportunités pour les agriculteurs américains et en stimulant les économies locales. Le Fair Food Fund de l'organisation, qui fournit du financement et du mentorat aux entrepreneurs du secteur alimentaire, a engagé plus de 2 millions de dollars dans des entreprises du Nord-Est depuis 2013.

L'année dernière, elle a investi dans Five Acre Farms, une entreprise fondée par Dan Horan en 2010 qui propose de délicieux produits locaux à base de lait, d'œufs et de pommes à plus de 150 épiceries et 75 restaurants et cafés à New York, New Jersey et Connecticut. .

L'approche : trouver des agriculteurs durables exceptionnels - dans un rayon de 275 milles - les payer équitablement et rendre leurs produits accessibles aux Américains moyens.

Au cours des dernières années, Five Acre Farms a fait passer son réseau de fermes partenaires de deux à 25. Five Acre Farms est désormais le lait officiel du café céréalier new-yorkais de Kellogg à Times Square, et ses produits sont présentés sur plus de 50 lignes aériennes Delta. vols.

Chaque produit est entièrement traçable jusqu'à la terre et aux personnes qui l'ont produit. Depuis 2014, Five Acre Farms a versé une prime totale de plus de 700 000 $ au-dessus du prix du marché aux agriculteurs qui produisent son lait, ses œufs et ses pommes. Et dans le processus, son entreprise a contribué à renforcer les économies locales tout en préservant les terres agricoles, en protégeant l'environnement et en veillant à ce que les animaux soient traités sans cruauté.

Investir dans l'alimentation a de multiples leviers : des pratiques agricoles durables et des revenus accrus des agriculteurs ont accru l'accès à une alimentation saine, le développement économique et la création d'emplois tout au long de la chaîne de valeur et la revitalisation des communautés rurales et urbaines auparavant en difficulté.

Fair Food Network a également vu ces avantages en tant que partenaire du Michigan Good Food Fund, un partenariat public-privé de 30 millions de dollars qui fournit un financement et une assistance commerciale aux entrepreneurs de la bonne alimentation qui profitent aux communautés mal desservies du Michigan.

Le fonds a récemment investi dans Ken's Fruit Markets, une chaîne d'épicerie familiale à Grand Rapids axée sur des aliments sains et abordables, y compris de nombreux produits cultivés et fabriqués dans le Michigan. C'est une aubaine non seulement pour les consommateurs de la région, mais aussi pour les producteurs locaux et les communautés rurales environnantes. La bonne nourriture a le pouvoir de tout changer.

Faire des investissements judicieux dans ce domaine peut non seulement générer des gains personnels, mais également générer des revenus fiables pour les agriculteurs familiaux, tout en bâtissant des économies locales plus fortes, des communautés plus stables et un environnement plus sain.

Warren Buffett a mis en garde : « N'investissez jamais dans une entreprise que vous ne pouvez pas comprendre. »

Tout le monde comprend la nourriture. Et maintenant, les investisseurs comprennent de plus en plus le pouvoir de l'entrepreneuriat alimentaire local pour générer des rendements significatifs.

Oran B. Hesterman, PhD, est président et PDG de Fair Food Network à Ann Arbor, Michigan. Daniel Horan est fondateur et PDG de Five Acre Farms à Brooklyn, New York.

Cette colonne ne reflète pas nécessairement l'opinion de Business Insider.


La demande d'aliments « locales » est en croissance — voici pourquoi les investisseurs devraient prêter attention

Ils veulent savoir d'où vient leur nourriture, comment elle a été préparée et par qui. Ils veulent la transparence nécessaire pour connaître sa source.

Ils sont même prêts à payer un peu plus pour avoir la certitude que leurs achats alimentaires contribuent à créer des emplois et à promouvoir les économies locales, protègent l'environnement, protègent les eaux souterraines, préservent les terres agricoles américaines et soutiennent un traitement approprié des animaux.

En conséquence, il y a une énorme opportunité d'investissement et d'affaires sous le nez de tout le monde.

Les investisseurs qui déploient des capitaux patients dans des entreprises alimentaires et agricoles prospères sont en mesure non seulement de générer des rendements financiers, mais aussi de créer de la valeur pour d'autres parties prenantes, en ayant des impacts sociaux positifs en soutenant des communautés saines, des économies locales fortes et une résilience environnementale.

Mais personne ne parle de cette opportunité, alors nous devons le faire.

Certains investisseurs ont déjà reconnu le potentiel. Les fonds d'investissement dans le secteur alimentaire ont proliféré, tout comme les incubateurs et accélérateurs, comme Food-X, soutenu par la société de capital-risque SOSV, et les projets de financement participatif.

Certes, les fermes et les transformateurs alimentaires ne sont peut-être pas les endroits les plus branchés pour investir de l'argent.

Le fait est que produire de la nourriture reste un travail difficile. La marge d'erreur est mince. De nombreuses entreprises agricoles traditionnelles et exploitations familiales ont été touchées, d'autres ont déjà disparu.

En 2017, le revenu agricole net dans l'ensemble du secteur devrait baisser pour la quatrième année consécutive, selon l'USDA. Pourtant, en même temps, il y a eu une vague de demande pour des aliments sains et cultivés localement. Et cette vague se construit.

Les ventes de produits alimentaires locaux aux États-Unis sont passées de 5 milliards de dollars à 12 milliards de dollars entre 2008 et 2014, selon la société de recherche sur l'industrie alimentaire Packaged Facts. La même étude prévoyait que les ventes d'aliments locaux grimperaient à 20 milliards de dollars en 2019, dépassant la croissance des ventes totales d'aliments et de boissons du pays.

Les entrepreneurs et les innovateurs se précipitent pour répondre à cette demande.

Ce n'est pas aussi simple qu'il devrait l'être. Dans de nombreuses régions du pays, l'infrastructure qui relie les agriculteurs familiaux à la demande croissante de produits locaux – les agrégateurs, les transformateurs, les distributeurs et les commerçants – n'existe plus pour desservir les marchés régionaux.

L'accès à des aliments sains a diminué dans les communautés rurales et urbaines. Les entrepreneurs alimentaires d'aujourd'hui ont la passion et l'engagement de combler ces lacunes. Ce dont ils ont besoin, c'est d'un financement et d'une assistance stratégique pour les aider à accélérer leur croissance, à développer leurs activités et à réussir à long terme.

Prenez nous deux, une étude de cas en préparation. Oran Hesterman a lancé Fair Food Network en 2009, pour accroître l'accès à des aliments sains pour les familles qui en ont le plus besoin, tout en créant des opportunités pour les agriculteurs américains et en stimulant les économies locales. Le Fair Food Fund de l'organisation, qui fournit du financement et du mentorat aux entrepreneurs du secteur alimentaire, a engagé plus de 2 millions de dollars dans des entreprises du Nord-Est depuis 2013.

L'année dernière, elle a investi dans Five Acre Farms, une entreprise fondée par Dan Horan en 2010 qui propose de délicieux produits locaux à base de lait, d'œufs et de pommes à plus de 150 épiceries et 75 restaurants et cafés à New York, New Jersey et Connecticut. .

L'approche : trouver des agriculteurs durables exceptionnels - dans un rayon de 275 milles - les payer équitablement et rendre leurs produits accessibles aux Américains moyens.

Au cours des dernières années, Five Acre Farms a fait passer son réseau de fermes partenaires de deux à 25. Five Acre Farms est désormais le lait officiel du café céréalier new-yorkais de Kellogg à Times Square, et ses produits sont présentés sur plus de 50 compagnies aériennes Delta Air Lines. vols.

Chaque produit est entièrement traçable jusqu'à la terre et aux personnes qui l'ont produit. Depuis 2014, Five Acre Farms a versé une prime totale de plus de 700 000 $ au-dessus du prix du marché aux agriculteurs qui produisent son lait, ses œufs et ses pommes. Et dans le processus, son entreprise a contribué à renforcer les économies locales tout en préservant les terres agricoles, en protégeant l'environnement et en veillant à ce que les animaux soient traités sans cruauté.

L'investissement dans l'alimentation a de multiples leviers : des pratiques agricoles durables et des revenus accrus des agriculteurs ont accru l'accès à une alimentation saine, le développement économique et la création d'emplois tout au long de la chaîne de valeur et la revitalisation des communautés rurales et urbaines auparavant en difficulté.

Fair Food Network a également vu ces avantages en tant que partenaire du Michigan Good Food Fund, un partenariat public-privé de 30 millions de dollars qui fournit un financement et une assistance commerciale aux entrepreneurs de la bonne alimentation qui profitent aux communautés mal desservies du Michigan.

Le fonds a récemment investi dans Ken's Fruit Markets, une chaîne d'épicerie familiale à Grand Rapids axée sur des aliments sains et abordables, y compris de nombreux produits cultivés et fabriqués dans le Michigan. C'est une aubaine non seulement pour les consommateurs de la région, mais aussi pour les producteurs locaux et les communautés rurales environnantes. La bonne nourriture a le pouvoir de tout changer.

Faire des investissements judicieux dans celui-ci peut non seulement générer des gains personnels, mais également conduire à des revenus fiables pour les agriculteurs familiaux, tout en créant des économies locales plus fortes, des communautés plus stables et un environnement plus sain.

Warren Buffett a mis en garde : « N'investissez jamais dans une entreprise que vous ne pouvez pas comprendre. »

Tout le monde comprend la nourriture. Et maintenant, les investisseurs comprennent de plus en plus le pouvoir de l'entrepreneuriat alimentaire local pour générer des rendements significatifs.

Oran B. Hesterman, PhD, is President and CEO of Fair Food Network in Ann Arbor, Mich. Daniel Horan is Founder & CEO of Five Acre Farms in Brooklyn, New York.

This column does not necessarily reflect the opinion of Business Insider.


The demand for 'local' food is growing — here's why investors should pay attention

They want to know where their food comes from, how it was made and by whom. They want the transparency that is required to know its source.

They’re even willing to pay a little more for the confidence that their food purchases help to create jobs and promote local economies safeguard the environment, protect groundwater and preserve American farmland and support proper animal treatment.

As a result, there’s a huge investment and business opportunity sitting right under everyone's noses.

Investors that deploy patient capital in successful food and farming enterprises are in a position not only to garner financial returns but also to create value for other stakeholders, making positive social impacts supporting healthy communities, strong local economies, and environmental resilience.

But no one’s talking about this opportunity, so we have to.

Some investors have already recognized the potential. Investment funds in the food sector have proliferated, as have incubators and accelerators, like Food-X, backed by venture firm SOSV, and crowdfunding projects.

Admittedly, farms and food processers might not be the trendiest places to put money.

The fact is that producing food remains hard work. The room for error is slim. Many traditional agriculture businesses and family farms have taken hits others have already disappeared.

In 2017, net farm income across the entire sector is expected to decline for the fourth consecutive year, according to the USDA. Yet, at the same time, there’s been a wave of demand for healthy, locally grown food. And that wave is building.

Local food sales in the U.S. grew from $5 billion to $12 billion between 2008 and 2014, according to food industry research firm Packaged Facts. The same study predicted local food sales would jump to $20 billion in 2019, outpacing the growth of the country’s total food and beverage sales.

Entrepreneurs and innovators are jumping in to meet that demand.

It’s not as simple as it should be. In many regions across the country, the infrastructure that connects family farmers to the growing demand for local product—the aggregators, processors, distributors, and marketers—no longer exists to serve regional markets.

Access to healthy food has dwindled in both rural and urban communities. Today’s food entrepreneurs have the passion and the commitment to fill these gaps. What they need is financing and strategic assistance to help them accelerate their growth, scale their businesses, and achieve long-term success.

Take the two of us, a case study in the making. Oran Hesterman launched Fair Food Network in 2009, to increase access to healthy food for families who need it most while creating opportunities for American farmers and stimulating local economies. The organization’s Fair Food Fund, which provides financing and mentorship to food entrepreneurs, has committed more than $2 million to enterprises across the Northeast since 2013.

Last year, it invested in Five Acre Farms, a company founded by Dan Horan in 2010 that brings great-tasting local milk, egg and apple products to more than 150 grocery stores and 75 restaurants and coffee shops in New York, New Jersey and Connecticut.

The approach: find outstanding sustainable farmers—within a 275-mile radius—pay them fairly and make their products accessible to average Americans.

Over the past few years, Five Acre Farms has grown its network of partner farms from two to 25. Five Acre Farms is now the official milk of Kellogg’s NYC cereal café in Times Square, and its products are featured on more than 50 Delta Air Lines flights.

Each product is fully traceable to the land and people that produced it. Since 2014, Five Acre Farms has paid a total premium of more than $700,000 above market price back to the farmers that produce its milk, eggs and apples. And in the process, its business has helped strengthen local economies while preserving farmland, protecting the environment and ensuring that animals are treated humanely.

Investing in food has multiple leverage points: sustainable agriculture practices and boosted farmer income increased access to healthy food economic development and job creation all along the value chain and revitalization of previously struggling rural and urban communities.

Fair Food Network has also seen these benefits as a partner in the Michigan Good Food Fund—a $30 million public-private partnership that provides financing and business assistance to good food entrepreneurs that are benefiting underserved communities in Michigan.

The fund recently invested in Ken’s Fruit Markets, a family-owned grocery chain in Grand Rapids focused on affordable, healthy food, including many Michigan grown and produced products. It’s a boon not only to area consumers, but also to local growers and the surrounding rural communities. Good food has the power to change everything.

Making astute investments in it can not only reap personal gains, but also lead to reliable incomes for family farmers, all while building stronger local economies, more stable communities, and a healthier environment.

Warren Buffett famously cautioned, “Never invest in a business you cannot understand.”

Everyone understands food. And now, investors increasingly understand the power of local food entrepreneurship to deliver meaningful returns.

Oran B. Hesterman, PhD, is President and CEO of Fair Food Network in Ann Arbor, Mich. Daniel Horan is Founder & CEO of Five Acre Farms in Brooklyn, New York.

This column does not necessarily reflect the opinion of Business Insider.


The demand for 'local' food is growing — here's why investors should pay attention

They want to know where their food comes from, how it was made and by whom. They want the transparency that is required to know its source.

They’re even willing to pay a little more for the confidence that their food purchases help to create jobs and promote local economies safeguard the environment, protect groundwater and preserve American farmland and support proper animal treatment.

As a result, there’s a huge investment and business opportunity sitting right under everyone's noses.

Investors that deploy patient capital in successful food and farming enterprises are in a position not only to garner financial returns but also to create value for other stakeholders, making positive social impacts supporting healthy communities, strong local economies, and environmental resilience.

But no one’s talking about this opportunity, so we have to.

Some investors have already recognized the potential. Investment funds in the food sector have proliferated, as have incubators and accelerators, like Food-X, backed by venture firm SOSV, and crowdfunding projects.

Admittedly, farms and food processers might not be the trendiest places to put money.

The fact is that producing food remains hard work. The room for error is slim. Many traditional agriculture businesses and family farms have taken hits others have already disappeared.

In 2017, net farm income across the entire sector is expected to decline for the fourth consecutive year, according to the USDA. Yet, at the same time, there’s been a wave of demand for healthy, locally grown food. And that wave is building.

Local food sales in the U.S. grew from $5 billion to $12 billion between 2008 and 2014, according to food industry research firm Packaged Facts. The same study predicted local food sales would jump to $20 billion in 2019, outpacing the growth of the country’s total food and beverage sales.

Entrepreneurs and innovators are jumping in to meet that demand.

It’s not as simple as it should be. In many regions across the country, the infrastructure that connects family farmers to the growing demand for local product—the aggregators, processors, distributors, and marketers—no longer exists to serve regional markets.

Access to healthy food has dwindled in both rural and urban communities. Today’s food entrepreneurs have the passion and the commitment to fill these gaps. What they need is financing and strategic assistance to help them accelerate their growth, scale their businesses, and achieve long-term success.

Take the two of us, a case study in the making. Oran Hesterman launched Fair Food Network in 2009, to increase access to healthy food for families who need it most while creating opportunities for American farmers and stimulating local economies. The organization’s Fair Food Fund, which provides financing and mentorship to food entrepreneurs, has committed more than $2 million to enterprises across the Northeast since 2013.

Last year, it invested in Five Acre Farms, a company founded by Dan Horan in 2010 that brings great-tasting local milk, egg and apple products to more than 150 grocery stores and 75 restaurants and coffee shops in New York, New Jersey and Connecticut.

The approach: find outstanding sustainable farmers—within a 275-mile radius—pay them fairly and make their products accessible to average Americans.

Over the past few years, Five Acre Farms has grown its network of partner farms from two to 25. Five Acre Farms is now the official milk of Kellogg’s NYC cereal café in Times Square, and its products are featured on more than 50 Delta Air Lines flights.

Each product is fully traceable to the land and people that produced it. Since 2014, Five Acre Farms has paid a total premium of more than $700,000 above market price back to the farmers that produce its milk, eggs and apples. And in the process, its business has helped strengthen local economies while preserving farmland, protecting the environment and ensuring that animals are treated humanely.

Investing in food has multiple leverage points: sustainable agriculture practices and boosted farmer income increased access to healthy food economic development and job creation all along the value chain and revitalization of previously struggling rural and urban communities.

Fair Food Network has also seen these benefits as a partner in the Michigan Good Food Fund—a $30 million public-private partnership that provides financing and business assistance to good food entrepreneurs that are benefiting underserved communities in Michigan.

The fund recently invested in Ken’s Fruit Markets, a family-owned grocery chain in Grand Rapids focused on affordable, healthy food, including many Michigan grown and produced products. It’s a boon not only to area consumers, but also to local growers and the surrounding rural communities. Good food has the power to change everything.

Making astute investments in it can not only reap personal gains, but also lead to reliable incomes for family farmers, all while building stronger local economies, more stable communities, and a healthier environment.

Warren Buffett famously cautioned, “Never invest in a business you cannot understand.”

Everyone understands food. And now, investors increasingly understand the power of local food entrepreneurship to deliver meaningful returns.

Oran B. Hesterman, PhD, is President and CEO of Fair Food Network in Ann Arbor, Mich. Daniel Horan is Founder & CEO of Five Acre Farms in Brooklyn, New York.

This column does not necessarily reflect the opinion of Business Insider.


The demand for 'local' food is growing — here's why investors should pay attention

They want to know where their food comes from, how it was made and by whom. They want the transparency that is required to know its source.

They’re even willing to pay a little more for the confidence that their food purchases help to create jobs and promote local economies safeguard the environment, protect groundwater and preserve American farmland and support proper animal treatment.

As a result, there’s a huge investment and business opportunity sitting right under everyone's noses.

Investors that deploy patient capital in successful food and farming enterprises are in a position not only to garner financial returns but also to create value for other stakeholders, making positive social impacts supporting healthy communities, strong local economies, and environmental resilience.

But no one’s talking about this opportunity, so we have to.

Some investors have already recognized the potential. Investment funds in the food sector have proliferated, as have incubators and accelerators, like Food-X, backed by venture firm SOSV, and crowdfunding projects.

Admittedly, farms and food processers might not be the trendiest places to put money.

The fact is that producing food remains hard work. The room for error is slim. Many traditional agriculture businesses and family farms have taken hits others have already disappeared.

In 2017, net farm income across the entire sector is expected to decline for the fourth consecutive year, according to the USDA. Yet, at the same time, there’s been a wave of demand for healthy, locally grown food. And that wave is building.

Local food sales in the U.S. grew from $5 billion to $12 billion between 2008 and 2014, according to food industry research firm Packaged Facts. The same study predicted local food sales would jump to $20 billion in 2019, outpacing the growth of the country’s total food and beverage sales.

Entrepreneurs and innovators are jumping in to meet that demand.

It’s not as simple as it should be. In many regions across the country, the infrastructure that connects family farmers to the growing demand for local product—the aggregators, processors, distributors, and marketers—no longer exists to serve regional markets.

Access to healthy food has dwindled in both rural and urban communities. Today’s food entrepreneurs have the passion and the commitment to fill these gaps. What they need is financing and strategic assistance to help them accelerate their growth, scale their businesses, and achieve long-term success.

Take the two of us, a case study in the making. Oran Hesterman launched Fair Food Network in 2009, to increase access to healthy food for families who need it most while creating opportunities for American farmers and stimulating local economies. The organization’s Fair Food Fund, which provides financing and mentorship to food entrepreneurs, has committed more than $2 million to enterprises across the Northeast since 2013.

Last year, it invested in Five Acre Farms, a company founded by Dan Horan in 2010 that brings great-tasting local milk, egg and apple products to more than 150 grocery stores and 75 restaurants and coffee shops in New York, New Jersey and Connecticut.

The approach: find outstanding sustainable farmers—within a 275-mile radius—pay them fairly and make their products accessible to average Americans.

Over the past few years, Five Acre Farms has grown its network of partner farms from two to 25. Five Acre Farms is now the official milk of Kellogg’s NYC cereal café in Times Square, and its products are featured on more than 50 Delta Air Lines flights.

Each product is fully traceable to the land and people that produced it. Since 2014, Five Acre Farms has paid a total premium of more than $700,000 above market price back to the farmers that produce its milk, eggs and apples. And in the process, its business has helped strengthen local economies while preserving farmland, protecting the environment and ensuring that animals are treated humanely.

Investing in food has multiple leverage points: sustainable agriculture practices and boosted farmer income increased access to healthy food economic development and job creation all along the value chain and revitalization of previously struggling rural and urban communities.

Fair Food Network has also seen these benefits as a partner in the Michigan Good Food Fund—a $30 million public-private partnership that provides financing and business assistance to good food entrepreneurs that are benefiting underserved communities in Michigan.

The fund recently invested in Ken’s Fruit Markets, a family-owned grocery chain in Grand Rapids focused on affordable, healthy food, including many Michigan grown and produced products. It’s a boon not only to area consumers, but also to local growers and the surrounding rural communities. Good food has the power to change everything.

Making astute investments in it can not only reap personal gains, but also lead to reliable incomes for family farmers, all while building stronger local economies, more stable communities, and a healthier environment.

Warren Buffett famously cautioned, “Never invest in a business you cannot understand.”

Everyone understands food. And now, investors increasingly understand the power of local food entrepreneurship to deliver meaningful returns.

Oran B. Hesterman, PhD, is President and CEO of Fair Food Network in Ann Arbor, Mich. Daniel Horan is Founder & CEO of Five Acre Farms in Brooklyn, New York.

This column does not necessarily reflect the opinion of Business Insider.


The demand for 'local' food is growing — here's why investors should pay attention

They want to know where their food comes from, how it was made and by whom. They want the transparency that is required to know its source.

They’re even willing to pay a little more for the confidence that their food purchases help to create jobs and promote local economies safeguard the environment, protect groundwater and preserve American farmland and support proper animal treatment.

As a result, there’s a huge investment and business opportunity sitting right under everyone's noses.

Investors that deploy patient capital in successful food and farming enterprises are in a position not only to garner financial returns but also to create value for other stakeholders, making positive social impacts supporting healthy communities, strong local economies, and environmental resilience.

But no one’s talking about this opportunity, so we have to.

Some investors have already recognized the potential. Investment funds in the food sector have proliferated, as have incubators and accelerators, like Food-X, backed by venture firm SOSV, and crowdfunding projects.

Admittedly, farms and food processers might not be the trendiest places to put money.

The fact is that producing food remains hard work. The room for error is slim. Many traditional agriculture businesses and family farms have taken hits others have already disappeared.

In 2017, net farm income across the entire sector is expected to decline for the fourth consecutive year, according to the USDA. Yet, at the same time, there’s been a wave of demand for healthy, locally grown food. And that wave is building.

Local food sales in the U.S. grew from $5 billion to $12 billion between 2008 and 2014, according to food industry research firm Packaged Facts. The same study predicted local food sales would jump to $20 billion in 2019, outpacing the growth of the country’s total food and beverage sales.

Entrepreneurs and innovators are jumping in to meet that demand.

It’s not as simple as it should be. In many regions across the country, the infrastructure that connects family farmers to the growing demand for local product—the aggregators, processors, distributors, and marketers—no longer exists to serve regional markets.

Access to healthy food has dwindled in both rural and urban communities. Today’s food entrepreneurs have the passion and the commitment to fill these gaps. What they need is financing and strategic assistance to help them accelerate their growth, scale their businesses, and achieve long-term success.

Take the two of us, a case study in the making. Oran Hesterman launched Fair Food Network in 2009, to increase access to healthy food for families who need it most while creating opportunities for American farmers and stimulating local economies. The organization’s Fair Food Fund, which provides financing and mentorship to food entrepreneurs, has committed more than $2 million to enterprises across the Northeast since 2013.

Last year, it invested in Five Acre Farms, a company founded by Dan Horan in 2010 that brings great-tasting local milk, egg and apple products to more than 150 grocery stores and 75 restaurants and coffee shops in New York, New Jersey and Connecticut.

The approach: find outstanding sustainable farmers—within a 275-mile radius—pay them fairly and make their products accessible to average Americans.

Over the past few years, Five Acre Farms has grown its network of partner farms from two to 25. Five Acre Farms is now the official milk of Kellogg’s NYC cereal café in Times Square, and its products are featured on more than 50 Delta Air Lines flights.

Each product is fully traceable to the land and people that produced it. Since 2014, Five Acre Farms has paid a total premium of more than $700,000 above market price back to the farmers that produce its milk, eggs and apples. And in the process, its business has helped strengthen local economies while preserving farmland, protecting the environment and ensuring that animals are treated humanely.

Investing in food has multiple leverage points: sustainable agriculture practices and boosted farmer income increased access to healthy food economic development and job creation all along the value chain and revitalization of previously struggling rural and urban communities.

Fair Food Network has also seen these benefits as a partner in the Michigan Good Food Fund—a $30 million public-private partnership that provides financing and business assistance to good food entrepreneurs that are benefiting underserved communities in Michigan.

The fund recently invested in Ken’s Fruit Markets, a family-owned grocery chain in Grand Rapids focused on affordable, healthy food, including many Michigan grown and produced products. It’s a boon not only to area consumers, but also to local growers and the surrounding rural communities. Good food has the power to change everything.

Making astute investments in it can not only reap personal gains, but also lead to reliable incomes for family farmers, all while building stronger local economies, more stable communities, and a healthier environment.

Warren Buffett famously cautioned, “Never invest in a business you cannot understand.”

Everyone understands food. And now, investors increasingly understand the power of local food entrepreneurship to deliver meaningful returns.

Oran B. Hesterman, PhD, is President and CEO of Fair Food Network in Ann Arbor, Mich. Daniel Horan is Founder & CEO of Five Acre Farms in Brooklyn, New York.

This column does not necessarily reflect the opinion of Business Insider.


The demand for 'local' food is growing — here's why investors should pay attention

They want to know where their food comes from, how it was made and by whom. They want the transparency that is required to know its source.

They’re even willing to pay a little more for the confidence that their food purchases help to create jobs and promote local economies safeguard the environment, protect groundwater and preserve American farmland and support proper animal treatment.

As a result, there’s a huge investment and business opportunity sitting right under everyone's noses.

Investors that deploy patient capital in successful food and farming enterprises are in a position not only to garner financial returns but also to create value for other stakeholders, making positive social impacts supporting healthy communities, strong local economies, and environmental resilience.

But no one’s talking about this opportunity, so we have to.

Some investors have already recognized the potential. Investment funds in the food sector have proliferated, as have incubators and accelerators, like Food-X, backed by venture firm SOSV, and crowdfunding projects.

Admittedly, farms and food processers might not be the trendiest places to put money.

The fact is that producing food remains hard work. The room for error is slim. Many traditional agriculture businesses and family farms have taken hits others have already disappeared.

In 2017, net farm income across the entire sector is expected to decline for the fourth consecutive year, according to the USDA. Yet, at the same time, there’s been a wave of demand for healthy, locally grown food. And that wave is building.

Local food sales in the U.S. grew from $5 billion to $12 billion between 2008 and 2014, according to food industry research firm Packaged Facts. The same study predicted local food sales would jump to $20 billion in 2019, outpacing the growth of the country’s total food and beverage sales.

Entrepreneurs and innovators are jumping in to meet that demand.

It’s not as simple as it should be. In many regions across the country, the infrastructure that connects family farmers to the growing demand for local product—the aggregators, processors, distributors, and marketers—no longer exists to serve regional markets.

Access to healthy food has dwindled in both rural and urban communities. Today’s food entrepreneurs have the passion and the commitment to fill these gaps. What they need is financing and strategic assistance to help them accelerate their growth, scale their businesses, and achieve long-term success.

Take the two of us, a case study in the making. Oran Hesterman launched Fair Food Network in 2009, to increase access to healthy food for families who need it most while creating opportunities for American farmers and stimulating local economies. The organization’s Fair Food Fund, which provides financing and mentorship to food entrepreneurs, has committed more than $2 million to enterprises across the Northeast since 2013.

Last year, it invested in Five Acre Farms, a company founded by Dan Horan in 2010 that brings great-tasting local milk, egg and apple products to more than 150 grocery stores and 75 restaurants and coffee shops in New York, New Jersey and Connecticut.

The approach: find outstanding sustainable farmers—within a 275-mile radius—pay them fairly and make their products accessible to average Americans.

Over the past few years, Five Acre Farms has grown its network of partner farms from two to 25. Five Acre Farms is now the official milk of Kellogg’s NYC cereal café in Times Square, and its products are featured on more than 50 Delta Air Lines flights.

Each product is fully traceable to the land and people that produced it. Since 2014, Five Acre Farms has paid a total premium of more than $700,000 above market price back to the farmers that produce its milk, eggs and apples. And in the process, its business has helped strengthen local economies while preserving farmland, protecting the environment and ensuring that animals are treated humanely.

Investing in food has multiple leverage points: sustainable agriculture practices and boosted farmer income increased access to healthy food economic development and job creation all along the value chain and revitalization of previously struggling rural and urban communities.

Fair Food Network has also seen these benefits as a partner in the Michigan Good Food Fund—a $30 million public-private partnership that provides financing and business assistance to good food entrepreneurs that are benefiting underserved communities in Michigan.

The fund recently invested in Ken’s Fruit Markets, a family-owned grocery chain in Grand Rapids focused on affordable, healthy food, including many Michigan grown and produced products. It’s a boon not only to area consumers, but also to local growers and the surrounding rural communities. Good food has the power to change everything.

Making astute investments in it can not only reap personal gains, but also lead to reliable incomes for family farmers, all while building stronger local economies, more stable communities, and a healthier environment.

Warren Buffett famously cautioned, “Never invest in a business you cannot understand.”

Everyone understands food. And now, investors increasingly understand the power of local food entrepreneurship to deliver meaningful returns.

Oran B. Hesterman, PhD, is President and CEO of Fair Food Network in Ann Arbor, Mich. Daniel Horan is Founder & CEO of Five Acre Farms in Brooklyn, New York.

This column does not necessarily reflect the opinion of Business Insider.


Voir la vidéo: Sondage: des consommateurs confiants dans le lait français


Commentaires:

  1. Malakazahn

    Je crois que vous faites une erreur. Discutons de cela.

  2. Ivon

    Comment puis-je aider le spécialiste.

  3. Wessley

    Merci pour le message, pourquoi ne pas publier pour les deux derniers jours?

  4. Jarrod

    C'est évident à mon avis. Je recommande de trouver la réponse à votre question sur google.com

  5. JoJok

    la question très drôle

  6. Verbrugge

    Ainsi arrive. Nous pouvons communiquer sur ce thème.



Écrire un message